Français
20.11.15 - Orélie-Antoine Ier, roi d'Araucanie et de Patagonie Version imprimable Adresse Email

 

http://www.charleshedrich.com/images/newsletterenenligne/nl%2020.11.15%20image.png

 

Pendant ce temps-là…

Jeudi 26 novembre, Charles Hedrich sera l’invité d’honneur de la soirée annuelle du Réseau Entreprendre Vendée (REV) sur un thème qu'il connait bien : No Limit ! Les entrepreneurs de l'impossible... . « Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait » (Mark Twain).

 

Orélie-Antoine Ier

Roi d’Araucanie et de Patagonie

 

 

Un juriste du Périgord qui rêvait d’être roi.

Antoine de Tounens naît dans une famille de paysans en 1825 à la Chèze en Dordogne. Il fait des études, obtient son baccalauréat et achète une charge d’avoué à Périgueux. Une belle ascension sociale qui, pourtant, ne lui suffit pas ! Persuadé de son destin royal, il nourrit de plus hautes aspirations. C’est alors qu’il repère dans un livre de géographie des territoires échappant à l’autorité du Chili et de l’Argentine où vivent de vaillants guerriers, les Mapuches. Au moment où il découvre leur existence, l’armée chilienne est en train de les soumettre. Á que cela ne tienne : Antoine de Tounens pense avoir trouvé un peuple à sa mesure et décide de monter une expédition pour réaliser son rêve. En 1857, il vend sa charge d’avoué, sa famille contracte un prêt pour lui, il fait frapper une monnaie, réalise des décorations pour ses plus valeureux sujets, fait floquer des drapeaux et embarque pour le Chili en 1858. Pendant 2 ans, il apprend l’espagnol, le mapudungun (la langue mapuche) et rédige la constitution de son futur royaume.

 

Comment Antoine de Tounens est-il devenu Orélie-Antoine Ier ?

En 1860, Antoine de Tounens entre en contact avec le lonco (chef militaire Mapuche) Quilapán qui s’enthousiasme pour son projet : réunir les tribus Mapuches dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle  afin d’être en mesure de résister à l’armée chilienne. Son rêve devient réalité en 4 jours. Le 17 novembre 1860, il obtient le soutien des Mapuches, la promulgation de sa constitution et se rebaptise Orélie-Antoine Ier. Le 20 novembre 1860, il s’autoproclame roi d’Araucanie et de Patagonie fixant comme limite à son royaume le Rio Biobio et le Rio Negro au nord, l’océan Pacifique à l’ouest, l’océan Atlantique à l’est, et le détroit de Magellan au sud.

 

Le règne d’Orélie-Antoine Ier :

Le 5 janvier 1862, son rêve est écourté. Il est fait prisonnier par l’armée chilienne puis condamné à l’internement dans un asile de fous. L’intervention de la France lui permet de regagner sa Dordogne natale le 28 octobre de la même année. Mais le roi d’Araucanie et de Patagonie n’en reste pas là… Se sentant spoiler de son royaume, il multiplie les initiatives pour alerter l’opinion publique et le gouvernement français mais ne récolte que des moqueries dans la presse. En 1869, 1874 et 1876 : il monte des expéditions pour récupérer son royaume et, à chaque fois, il est vite arrêté et reconduit en France. Lors de la dernière tentative, il tombe gravement malade. Il se réfugie chez son neveu Jean dit Adrien, le seul membre de sa famille (qu’il a ruinée) à ne pas lui tourner le dos, et décède dans la misère, sans descendance, le 17 septembre 1878.

 

Et si…

Napoléon III avait soutenu le projet d’Antoine de Tounens… Avant de partir au Chili en 1858, l’avoué du Périgueux se rend à Paris pour exposer ses plans au gouvernement. Problème : celui-ci est déjà occupé par une campagne au Mexique. Selon certains spécialistes, si cela n’avait pas été le cas, l’histoire de ce roi et de son royaume non reconnu aurait été différente…

 

Les successeurs au trône

Á son décès, Jean dit Adrien devient l’héritier d’Antoine de Tounens. Il renonce au royaume d’Araucanie et de Patagonie en faveur d’Achille Laviarde dit Achille Ier. Depuis, ils sont plusieurs à se succéder comme prétendants au trône en exil et à défendre les indiens Mapuches dans les organismes internationaux. Depuis 2014, nous assistons au règne de Jean-Michel Parasiliti dit Antoine IV.

 

Les Mapuches : qui sont-ils ?

Organisés en tribus (Puelches, Tehuelches, Alakalifs…), les Mapuches vivent de la chasse, de la pêche, de l’agriculture et de l’élevage. Mais ils sont surtout réputés pour être des combattants farouches, particulièrement habiles dans le maniement de l’arc, du javelot et du casse-tête. Une qualité qui leur a permis de toujours résister aux tentatives d’invasion : d’abord par les Incas, ensuite par les Conquistadors Espagnols, puis par le gouvernement chilien qui parvient malgré tout à les soumettre en les parquant dans des réserves. Ils seraient 600 000 au Chili et 300 000 en Argentine.

 

 

 

 

 
< Précédent   Suivant >
 
up
up