Français
04.12.15 - Le Tigre de la Caspienne, une espèce disparue Version imprimable Adresse Email

 

http://www.charleshedrich.com/images/newsletterenenligne/nl%2004.12.15%20image.png

 

Pendant ce temps-là…

Du 5 au 7 décembre aura lieu à Nantes, l'exposition « Regards vers le Grand Nord » au cours de laquelle seront projetées des vidéos d’expédition de Charles Hedrich. https://www.facebook.com/events/319790781477999/

 
 

Le Tigre de la Caspienne

Une espère disparue

 

 

En bref…

Le tigre de la Caspienne (aussi appelé tigre touranien, tigre persan ou tigre mazandaran), est l’espèce de tigre la plus occidentale. Pourquoi ? Très répandu dans le Caucase, au Kurdistan, en Mésopotamie et en Perse, il peuplait l’extrémité de l’empire romain.

 

Á quoi ressemblait-il ?

Il avait un corps massif et allongé avec une fourrure abondante, des pattes énormes et de grandes griffes. Son ventre était blanc, sa tête possédait une longue collerette et ses oreilles étaient petites, sans poils sur les pointes. En chiffres ça donnait quoi ? Pour les mâles, il fallait compter 270 à 290 cm de long pour 180 à 220 kg (à titre de comparaison, les plus gros ours blanc font 1 tonne) ; concernant les femelles : 240 à 260 cm pour 85 à 135 kg.

 

Sa particularité :

Contrairement aux autres tigres, celui de la Caspienne vivait à proximité des villages et, malgré cela, très peu d’attaques ont été recensées.

 

Un peu d’Histoire…

Le tigre de la Caspienne faisait partie des espèces les plus utilisées dans les arènes romaines. La raison est simple : c’était le fauve le plus facile à se procurer sur le territoire de l’empire. Il y combattait des gladiateurs, des aurochs (mammifères herbivores de la famille des bovidés réputés pour leur agressivité) et des lions d’Atlas (lions des gladiateurs, ils possédaient une crinière volumineuse et sombre allant jusqu’au milieu du ventre) : 3 « combattants » eux aussi disparus aujourd’hui. Le 1er tigre de Caspienne à se battre à Rome était le cadeau d’un ambassadeur indien à l’empereur romain Auguste en 19 avant JC.

 

Pourquoi a-t-il disparu ?

Dès 1912, les autorités russes décident de son extermination par l’armée afin de préparer la transformation de la steppe eurasienne en terre cultivable. Á cela s’ajoutent la déforestation, le manque de proies (sangliers en n°1, puis les chevreuils, les cerfs, etc.) et la chasse intensive dont il faisait l’objet. Les dernières traces de l’espèce remontent à 1972 dans l’est de la Turquie. L’espèce a été considérée comme définitivement éteinte en 2003 par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).  Le tigre de la Caspienne compte donc aujourd’hui, avec le tigre de Bali et le tigre de Java parmi les 3 espèces de tigres disparues. Aujourd’hui, restent 6 espèces : 1/ le tigre du Bengale, 2/ le tigre de Sibérie (aussi appelé le tigre de l’Amour), 3/ le tigre de Malaisie, 4/ le tigre de Sumatra, 5/ le tigre d’Indonésie, et 6/ le tigre de la Chine du Sud.

 

La Mer Caspienne, c’est où ?

Mer fermée issue de la fermeture d’une mer océanique ancienne : l’océan ou mer Paratéthys, elle est bordée par 5 pays : la Russie, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Turkménistan et l’Iran.

 

D’autres espèces en sursis en Mer Caspienne :

les esturgeons : 85% des espèces sont menacées d’extinction

les phoques : leur population a baissé de 90% depuis 1930 passant de 1 million à 110 000.

• …

Sans oublier les espèces du Grand Nord comme les ours blancs qui ne seraient plus que 20 à 25 000 et qui devraient disparaître d’ici 2050.

 

Vers une réintroduction ?

En 2011, le 1er ministre du Kazakhstan, Karim Masimov, a indiqué son intérêt à développer un programme de restauration du tigre de la Caspienne. Cela serait possible grâce à une découverte : il a été prouvé que le tigre de Sibérie était proche génétiquement du tigre de la Caspienne, ce qui pourrait être une piste potentielle pour sa réintroduction. Á suivre…

 

 

 

 

 
< Précédent   Suivant >
 
up
up