Français
11.12.15 - Les Moken, un des derniers peuples nomades de la mer Version imprimable Adresse Email

 

http://www.charleshedrich.com/images/newsletterenenligne/nl%2011.12.15%20%20image.png

 

Pendant ce temps-là…

Charles Hedrich fait partie des 15 personnalités sélectionnées par la rédaction de LyonMag pour l’élection du lyonnais de l’année. C’est au public de voter alors on compte sur vous ! Vous avez jusqu’au 14 décembre pour vous rendre sur leur site Internet à l’adresse suivante : http://www.lyonmag.com/article/77008/elisez-le-lyonnais-de-l-annee-2015.

 

 

Les Moken :

Un des derniers peuples nomades de la mer

 

 

Qui sont les Moken ?

« Tout se passe en mer, nous ne sommes liés à aucune terre, où que nous allions, nous y allons en bateau » : la définition des Moken par… un Moken. Reconnu par aucun pays, ni propriétaire d’aucune terre, les Moken représentent un des derniers peuples nomades maritimes au Monde. Ils vivent dans l’archipel des îles Mergui composé d’environ 800 îles dans la mer d’Andaman. Il s’agit d’un archipel revendiqué à la fois par la Birmanie et la Thaïlande. Les Moken y auraient émigré depuis le sud de la Chine il y a environ 4000 ans. Ils vivent à peu près 8 mois de l’année sur leurs bateaux appelés kabang qu’ils construisent eux-mêmes, se déplacent en flottilles d’îles en îles selon les vents à la recherche de nourriture, et les 4 mois restants, lors de la mousson, ils habitent traditionnellement dans des maisons sur pilotis temporaires. Á ne pas confondre avec les moklen sui sont, eux, un peuple semi-sédentaire du sud de la Thaïlande.

 

Les îles Mergui, c’est où ?

Cf. carte

 

Un peuple animiste. C’est-à-dire ?

L’animisme est essentiellement défini comme la croyance en des entités naturelles et surnaturelles non humaines (animaux, plantes, objets, éléments naturels comme le vent ou des pierres…) qui possèderaient une âme et des intentions semblables à celles de l’Homme. Il convient donc de leur vouer un culte et de les respecter. Cela se traduit comment pour les Moken ? Avant de couper un arbre par exemple pour construire un kabang, il leur faut demander la permission aux esprits.

 

Ils ont échappé au tsunami

Personne ne l’a oublié : le tsunami survenu en Asie le 26 décembre 2004. Au total, environ 250 000 victimes. Parmi eux, 1 seul Moken. Comment est-ce possible ?  Le matin du 26, les Moken racontent avoir constaté que la mer s’était beaucoup retirée. Pour eux, le signe de l’arrivé du laboon, « la vague qui engloutit les personnes » dont les anciennes générations leur avaient parlé. Résultat, ils se sont retranchés dans les hauteurs, ce qui les a protégés. Selon eux, « les Moken savent que quand l’eau s’En va, tôt ou tard, elle revient ».

 

Des nageurs hors-pairs.

La rumeur raconte que les enfants Moken savent nager avant d’apprendre à marcher… Les Moken se nourrissent de poisson, de dugong (mammifère marin), de concombres de mer et de crustacés qu’ils capturent avec des harpons, des lances et des lignes. « C’étaient des plongeurs absolument remarquables, ils étaient capables de tenir en apnée 5 minutes, ils plongeaient sans masque, sans palmes, sans bouteille bien sûr » (Charles Hedrich, chronique « Où est Charlie ? » diffusée le 11 décembre 2015, comme tous les vendredis à 8h40, sur Radio Nova, https://www.youtube.com/watch?v=7omdzQC4LMc&feature=youtu.be). Les Moken ont développé une aptitude unique à se diriger sous l’eau en utilisant leurs capacités visuelles pour chasser les fonds marins dans lesquels ils peuvent descendre à plus de 30 mètres de profondeur. Résultat, une étude scientifique menée par l’université de Lund en Suède a montré que l’acuité visuelle des enfants Meken est 50% plus grande que celles des enfants occidentaux.

 

Pourquoi en parler au passé ?

Ils ne seraient plus qu’environ 2000. C’est un peuple en voie de disparition. Plusieurs raisons : leur analphabétisme, les compagnies pétrolières de forage off-shore, les gouvernements qui saisissent les îles pour développer le tourisme et la pêche intensive, et même les questions environnementales car certaines pratiquent commencent à être limitées alors qu’elles font partie de leur quotidien : couper un arbre par exemple pour construire leur bateau.

 

Qui sont les peuples nomades de la mer ?

Les Moken font partie de ce qu’on appelle les peuples nomades de la mer (« sea gypsies » en anglais). Cet ensemble regroupe 5 peuples : 1/ les Orang Laut (Indonésie), 2/ les Urak Lawoi’ (Thaïlande), 3/ les Hoklen (Thaïlande), 4/ les Bajan (Indonésie, Malaisie et Phillipines), et 5/ les Moken bien sûr.

 

 

 

 
< Précédent   Suivant >
 
up
up