Français
18.03.16 - Fastnet Race 1979, une tragédie dans l'Histoire de la voile Version imprimable Adresse Email

 

 

 

 http://www.charleshedrich.com/images/NL2016/nl%2018.03.16%20image.png

 

 

Et pendant ce temps là …

Mathéo Jacquemoud et Kilian Jornet ont remporté la Pierra Menta le week-end dernier avec près de 10 minutes d’avance sur William Bon Mardion et Xavier Gachet, arrivés seconds.

 

 

 

Fastnet Race 1979

Une tragédie dans l’histoire de la voile

 

 

La Fastnet Race c’est quoi ?

Il s’agit d’une course mythique de navigation à la voile de 605 milles se disputant entre Cowes et Plymouth, passant par le phare de Fastnet Rock. C’est en 1925 qu’est créée la toute première édition. Organisée tous les 2 ans par le RORC (Royal Ocean Racing Club), elle est considérée comme l’une des courses les plus difficiles et les plus périlleuses dans le monde de la voile. La raison ? Les passages de dépression sont fréquents et l’océan peut être très agité, et ce même en été !

 

Fastnet Rock

Aussi appelée « carraig aonair » (« le rocher perdu » en irlandais), c’est une petite île située au sud de l’Irlande, au point le plus méridional du pays. Le rocher s’élève à 30 mètres et est occupé par un phare qui porte le même nom : le Fastnet. Construit sous la direction de Robert Mallet, c’est le 1er janvier 1854, qu’il émet sa 1ère lumière. Sa construction fut motivée par le naufrage d’un navire américain qui sombra par une nuit de brouillard en 1847 et provoqua la mort de 92 personnes sur les 110 passagers et membres d’équipage à bord. Il marque aujourd’hui de nombreuses courses à la voile, la Fastnet Race bien sûr mais aussi la Solitaire du Figaro, la Mini-Fastnet… ce qui en fait l’un des phares européens les plus célèbres. Il mesure 54 mètres de haut et porte à 27 milles, soit 50 km.

 

1979 : une des plus grandes tragédies dans l’Histoire de la voile.

Cette année-là, la course prend le départ un jour de beau temps. Seulement, en l’espace de 48h, c’est le cauchemar : la course est frappée par une tempête considérée comme l’une des plus violentes enregistrées dans la région. Même les prévisionnistes météo sont surpris par son ampleur. Gérard Janichon, dans son livre Les riches heures de la voile, raconte : « jamais une course à la voile n’a connu pareille tragédie. La tempête décima la flotte durant 8 heures Seuls 86 voiliers sur les 306 au départ seront classés à Plymouth. » Au total, 15 marins perdront la vie et 23 voiliers seront coulés.

 

Selon les spécialistes, aujourd’hui, même si les prévisions météo sont de plus en plus performantes, des ouragans exceptionnels de ce type peuvent encore survenir sur l’Atlantique nord et être aussi difficile à anticiper.

 

Nick Ward raconte la tragédie de l’intérieur.

Il lui a fallu 25 ans pour en parler… Ce 14 août 1979, pour Nick Ward, le cauchemar est complet : le yacht chavire à de nombreuses reprises, le mât s’effondre après des heures de combat… Leur chef disparu, 3 équipiers décident d'abandonner le bateau et d'embarquer sur le radeau de survie. Nick Ward et son ami Gerry, inconscients, sont laissés pour morts sur l'épave, au milieu de la mer d'Irlande. Quelques heures plus tard, son ami meurt, le laissant seul face aux éléments. Il raconte sa survie dans son livre Seuls face à l’ouragan.

 

Ouragan, tempête… ?

Un ouragan est une tempête très violente où la vitesse du vent dépasse 120 km/h.

 

LE SAVIEZ-VOUS : Charlie est passé par là…

… en mai 2004 lors de la Transat Anglaise, course qualificative pour le Vendée Globe.

 

 

 

 

 
< Précédent   Suivant >
 
up
up