Français
01.04.16 - Charlie... à l'assaut du Kun Version imprimable Adresse Email

 

 

 http://www.charleshedrich.com/images/NL2016/nl%2001.04.16%20image.png 

 

 

Et pendant ce temps là …

J -1 pour Charles Hedrich ! Le n°1 du Sport Aventure participera demain à la 28ème édition du Derby de La Meije à La Grave (Hautes-Alpes). Au programme : un départ à 3 550 m et 9 km de descente pure en freeride. http://derbydelameije.com/

 

 

Charlie…

… à l’assaut du Kun

 

 

 

Où est Charlie ? Sur le Kun avec Radio Nova !

Chronique diffusée vendredi 25 mars : https://www.youtube.com/watch?v=W9UrK68X13A

 

Charles Hedrich : Aujourd’hui je suis à Srinagar au nord de l’Inde

 

Radio Nova / Thierry Paret : bonjour Charles, qu’est-ce que tu fais là-bas ?

 

Charles Hedrich : Bonjour. C’est au Cachemire, une région très montagneuse de l’Himalaya. Srinagar est une ville d’1 million d’habitants au cœur d’une vallée perchée à 1750 m d’altitude au milieu de lacs magnifiques, entourée d’eau avec des canots partout. Avec Roland Schnepp, à 22 ans, nous visitons les lieux en ski nautique, tractés par des bateaux d’un autre âge, semblant datés de l’empire britannique.

 

Radio Nova / Thierry Paret : tu sais que tu peux visiter les endroits à pieds aussi, c’est possible aussi hein, ok.

 

Charles Hedrich : C’est ce qu’on fait aussi, parce que notre présence là-bas est motivée avant tout par l’ascension du Kun, un sommet de plus de 7 000 m qui se trouve dans la région. Mon expérience des expéditions est alors inexistante, Roland et moi pratiquons le ski en hiver et un peu la montagne en été. Mon père nous a emmené par exemple au sommet du Mont Blanc à 14 ans.

 

L’idée circulait alors que les anglo-saxons sélectionnaient les ascensionnistes pour les plus hauts sommets du Monde à l’occasion de soirées très arrosées. Une bonne pratique étant alors considérée comme un signe très encourageant pour supporter le mal des montagnes et l’ivresse de l’altitude. Respectant les traditions, notre projet a vu le jour à une heure très avancée de la nuit, convaincus de nos prédispositions dans ce domaine. Le sommet a été choisi par hasard à partir d’une carte générale de l’Inde. Notre équipement n’est pas très adapté, nous choisissons par exemple notre tente d’ascension au rayon camping d’une grande surface.

 

Radio Nova / Thierry Paret : super. Elle a tenu d’ailleurs ?

 

Charles Hedrich : Elle a tenu. Nous n’avons aucune autorisation n’ayant pas l’argent pour acheter un permis d’ascension. Pendant toute la marche d’approche nous laissons supposer que nous sommes là pour parcourir l’ancienne route de la soie. Au camp de base, nous jouons les touristes. Les officiers de liaison nous oublient, trop occupés par les expéditions sérieuses avec sherpas, organisation et matériels crédibles. Les conditions météo rendent l’ascension très difficile : beaucoup de neige, de vent, de brouillard. Nous sommes les seuls à réussir le sommet. Le retour est compliqué, bloqués plusieurs jours par un torrent infranchissable à pied. Nous serons donnés comme morts. Finalement, des chevaux d’une caravane nous permettent de traverser le cours d’eau et de rejoindre Srinagar.

 

Radio Nova / Thierry Paret : on va rappeler quand même la hauteur du sommet, c’était combien ?

 

Charles Hedrich : Un peu plus de 7000

 

Radio Nova / Thierry Paret : un peu plus de 7000

 

Charles Hedrich : Et ce succès sur un objectif improvisé et improbable, sans expérience, avec très peu de préparation, va me conforter pour mon goût de l’aventure.

 

Radio Nova / Thierry Paret : tu m’étonnes. Merci Charles. À bientôt.

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

Le Kun se trouve à la frontière du Znaksar et du Cachemire. Vaincu en 1913 par le docteur Piacenza et les célèbres frères Carel, il faudra attendre 1971 pour que la 2e ascension ne se fasse. Elle sera réalisée par une équipe indienne.

 

 

 

 

 

 
< Précédent   Suivant >
 
up
up