Français
02.06.17 - Peuples d'ailleurs : les Chipayas Version imprimable Adresse Email

http://www.charleshedrich.com/images/NL2017/nl%2002.06.17%20image.png

 

 

PENDANT CE TEMPS-LÀ…

Le triathlon découverte du lac de la Liez organisé par Respectons la Terre c’est bientôt : le 2 juillet… Pour y participer ? Formez vos équipes (de 18 à 77 ans) de 6 participants : 2 rameurs, 2 cyclistes, 2 coureurs. Une belle journée en perspective avec, en plus, la possibilité de tester de nombreux autres sports pour le 10e anniversaire de la fameuse journée « Le sport est dans la nature ». Cousinades bienvenues ! Pour toute question, une adresse mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir .

 

Peuples d’ailleurs

Les Chipayas

 

Les Chipayas en bref

Il s’agit d’un peuple habitant au bord du désert de sel de Copoisa, dans la province Atahualpa en Bolivie, situé à 3640 m d’altitude. Selon certains chercheurs, les Chipayas seraient le 1er foyer de peuplement de l’Altiplano (1500 à 2000 ans avant JC). Au 16e siècle, ils étaient environ 80 000, soit un quart de la population de l’Altiplano, aujourd’hui ils ne seraient plus que 2 000.

 

L’Altiplano : C’est où, c’est quoi ?

C’est la plus haute région habitée au Monde après le plateau du Tibet. Situé dans la zone la plus large de la Cordillère des Andes entre le 14e et le 27e degré de latitude sud, il s’étend sur près de 1 500 km de long, soit 4 pays : l’Argentine, la Bolivie, le Chili et le Pérou… même si la majeure partie se trouve en Bolivie. Il est entouré de crêtes montagneuses des volcans actifs à l’ouest et du désert d’Atacama au sud-ouest. Quant aux conditions climatiques : aridité importante et environnement à forte salinité.

 

Un modèle de résistance culturelle :

Malgré les différentes influences étrangères depuis la colonisation espagnole, les Chipayas ont réussi à préserver leurs croyances et leur mode de vie. La plupart d’entre eux vivent encore aujourd’hui dans des « putukus », maisons typiques en forme de cône faites avec de la boue et de la paille, et dorment sur des peaux en cuir de mouton à même le sol. Ils portent des vêtements en laine confectionnés par leurs soins, marchent pieds nus, et les femmes continuent à se coiffer avec des dizaines de « simbas ». Ils cultivent leurs propres aliments, comme le quinoa, et se nourrissent essentiellement de la viande de « tujo », une espèce d’animal endémique qui vit dans des terriers. Dans chaque foyer, les plus vieux apprennent à la jeune génération les techniques de tressage, de tissage et de chasse, mais aussi le « puquina », leur langue ancestrale. Conséquence : les Chipayas vivent en autarcie et, pour empêcher toute forme de métissage, qu’il soit culturel ou ethnique, ne se mélangent même pas aux autres peuples autochtones (quechua ou aymara).

 

Charles Hedrich en pays Chipayas !

Lors de la reconnaissance terrain pour la 1ère traversée du désert d’Atacama (Chili) en autonomie, Charles Hedrich en a profité pour faire un détour en Bolivie à la rencontre de ce peuple et à la découverte de leurs maisons traditionnelles.

 

 

 

 

 

 

 
< Précédent   Suivant >
 
up
up