22.04.16 - Charlie Cuba, au Port de Mariel

 http://www.charleshedrich.com/images/NL2016/nl%2022.04.16.png

 

Et pendant ce temps là …

Le programme de la prochaine expédition de Charles Hedrich, le 1er Tour de France à la rame, se précise ! Deux rendez-vous à noter : conférences de presse à Paris le 3 mai et à Saint-Priest le 4 mai.

L’occasion de découvrir ce nouveau défi sportif, le parcours détaillé, les villes étapes, les partenaires… et même de visiter le Rameur des Glaces avec lequel le sportif-aventurier a déjà réussi le 1er Passage du Nord-Ouest à la rame en septembre dernier ! http://www.charleshedrich.com/

 

 

Charlie à Cuba

Au port de Mariel

 

 

 

Ça s’est passé sur Radio Nova…

http://www.novaplanet.com/radionova/59892/episode-ou-est-charlie-le-port-de-mariel

 

« […] Charles Hedrich : Aujourd’hui je suis à Mariel, à Cuba, c’est un port à l’ouest de l’île à 45 km de La Havane présenté aujourd’hui comme le symbole de l’ouverture du pays et de la modernité. Ce mégaport est destiné à recevoir les navires gigantesques chargés de containers en provenance de l’Asie avant de les redistribuer à travers l’Atlantique. Mariel est séparé de la côté américaine par le détroit de Floride. Ce bras de mer est large d’environ 160 km. Les méduses venimeuses et les requins prolifèrent. Le 1er Homme à traverser ce détroit à la nage, sans cage anti-requins, est une femme. Le 2 septembre 2013, Diana Nyad réalise cette performance exceptionnelle après de nombreuses tentatives infructueuses. Elle réussit finalement après 50h passées dans l’eau de mer et ce qui est remarquable à l’âge de 64 ans. Au moment de se lancer depuis un quai à l’ouest de la Havane elle avait annoncé que cette traversée était le rêve de sa vie. Sa 1ère tentative datait de plus de 35 ans. À son arrivée sur une plage de Floride, épuisée, pouvant à peine parler, piquée par les méduses et les lèvres gonflées par l’eau de mer et le froid, elle est saluée et acclamée par une foule nombreuse. Elle passe 2 messages notamment : il ne faut jamais jamais abandonner et on n’est jamais trop vieux pour poursuivre ses rêves.

 

Le détroit de Floride c’est aussi depuis les années 1960 des boats people cubains. La loi américaine spécifie que, surnommée pieds secs pieds mouillés, garantis un permis de résidence à tous les émigrés cubains qui parviennent à poser le pied aux États-Unis. Par contre tous ceux interceptés en mer par les garde-côtes sont renvoyés à Cuba. Les embarcations utilisées par les émigrés clandestins sont parfois des radeaux de fortune extrêmement précaires construits avec des pièces détachées de camion, des pneus, des bouteilles en plastique… Les risques pris sont parfois considérables. En une seule année, en 1980, jusqu’à 125 000 cubains embarquent du Port de Mariel. Aujourd’hui encore, malgré le dégel diplomatique entre les 2 pays des migrants clandestins continuent à prendre la mer, certains craignent que ce régime spécial d’immigration pour les cubains « pieds secs pieds mouillés » ne disparaisse.

 

Radio Nova / Elodie Font : c’est une histoire que je ne connaissais pas du tout, merci beaucoup Charles Hedrich…

 

Charles Hedrich : Merci avec plaisir

 

Radio Nova / Elodie Font : … de nous l’avoir racontée. On te retrouve comme tous les vendredis, la semaine prochaine cap sur l’Afrique du sud, sur le cap justement, je sens que je vais la faire souvent cette vanne.

 

Charles Hedrich : Le cap de Bonne-Espérance

 

Radio Nova / Elodie Font : à la semaine prochaine. »