14.04.17 - HOMMAGE, Francis Deloche de Noyelle

 

http://www.charleshedrich.com/images/NL2017/nl%2014.04.17.png

 

PENDANT CE TEMPS-LÀ…

Des nouvelles de Stéphane Ricard ! Le gapençais participait le 15 mars dernier à une course atypique : la verticale de la Tour Eiffel. La règle du jeu, gravir le plus rapidement possible la Dame de Fer, soit un dénivelé de 290 m jusqu’au 3e étage. Résultat : la 2e place du podium avec 9’35. Bravo également au vainqueur, le polonais Piotr Lobodzinski avec 7’54. https://stephanericard.wordpress.com/

 

 

 

HOMMAGE

Francis Deloche de Noyelle

 

 

 

R.I.P.

Jeudi 30 mars, Francis Deloche de Noyelle est décédé à Paris à l’âge de 97 ans. Né en 1919, fils de diplomates, c’est début 1943 qu’il est approché pour faire du renseignement. Il participe alors à la Résistance en Isère, ce qui lui vaudra la Croix de Guerre. Il entame ensuite sa carrière diplomatique : New Delhi (où il sera membre chargé de liaisons de l’expédition Annapurna), Tchécoslovaquie, Maroc, Canada, Népal… Il fut décoré de la Légion d’Honneur et de l’Ordre National du Mérite. Il était, à ce jour, le dernier témoin de la cordée menée par Maurice Herzog.

 

Annapurna : 9 Français entrent dans l’Histoire !

Parmi les faits marquants de sa vie publique, on retient surtout cette célèbre expédition ! Personne ne l’avait réussi jusque-là… Pourtant, 9 français l’ont fait en 1950 : l’ascension du 1er 8000, l’Annapurna par la face nord (8 091 m). Cette équipe, c’est Lucien Devies, alors patron de la Fédération de la Montagne, qui l’a constituée. Elle comptait : 1 chef d’expédition (Maurice Herzog), 3 guides alpins (Louis Lachenal, Lionel Terray, Gaston Rebuffat), 2 alpinistes amateurs (Jean Couzy et Marcel Schwartz), 1 médecin (Jacques Oudot), 1 cinéaste (Marcel Ichac) et 1 agent de liaison (Francis Deloche de Noyelle). Á l’époque, amateur d’alpinisme et chargé d’ambassade à New Delhi, Francis Deloche de Noyelle assurait, entre autres, la coordination avec les autorités locales et gérait le matériel ainsi que le transport.

 

Saint-Nicolas-de-Véroce : le repère des aventuriers ?

Ils vivaient à quelques km l’un de l’autre à Paris, pourtant c’est dans ce village perché face au Mont Blanc que Francis Deloche des Noyelle et Charles Hedrich se sont rencontrés. « Voisins de chalet », ils se sont liés d’amitié et c’est d’ailleurs le doyen qui a préfacé le livre Charles Hedrich, n°1 du Sport Aventure : « Impossible n’est pas Français. Charles Hedrich aurait pu prendre cette devise […] Nous sommes nombreux à craindre souvent pour sa vie, pour l’audace de ses risques. Ce qui me rassure un peu c’est la sérénité de son épouse, Patricia, et de leurs enfants.           Avec son mètre 94, sa musculation et sa volonté, il n’est pas tout à fait comme tout le monde », écrivait-il.

 

Quand Francis Deloche de Noyelle nous racontait son Annapurna…

Si nous avons tous en mémoire des images de cette réussite historique c’est à travers celles du film « Victoire sur l’Annapurna » de Marcel Ichac, cinéaste officiel de l’expédition. Seulement, Il n’était pas le seul à filmer. Il y en avait un autre : Francis Deloche de Noyelle. Et c’est 64 ans plus tard, en 2014, qu’il a remis la main dessus ! Plus anglées vers les populations locales, ces images filmées en 8 mm offraient un autre regard sur cette grande aventure. L’équipe Respectons la Terre s’est donc mise au travail…  Résultat, le 10 mars 2014 à Chamonix avait lieu l’avant-première du film, en partenariat avec Radio Mont Blanc, « Annapurna : Premier 8 000, Dernier Témoin » en présence de Francis Deloche de Noyelle.

 

À retenir : les 3 clés de la réussite selon Francis Deloche de Noyelle :

 « Réussir un exploit suppose trois éléments : une bonne préparation, une bonne connaissance des éléments prévus et non prévus. Deuxièmement, une équipe solide. Troisièmement, une très grande chance ».